Le communisme primitif n’est plus ce qu’il était

Aux origines de l’oppression des femmes. Suivi de : Une histoire de famille

Nouvelle édition augmentée et entièrement remaniée.

Lorsqu’en 1877, l’anthropologue Lewis Morgan publia sa Société archaïque, Marx et Engels s’enthousiasmèrent pour ce qui représentait selon eux la première analyse scientifique des sociétés primitives et, par extension, de la préhistoire des sociétés de classes. Dans son célèbre ouvrage L’Origine de la famille, de la propriété privée et de l’État, Engels en prolongeait les principales conclusions et établissait ainsi sur l’évolution de la famille et l’origine de l’oppression des femmes ce qui allait devenir la référence marxiste. Depuis lors, les matériaux ethnologiques et archéologiques se sont accumulés, et les fragments épars ont laissé place à une vaste fresque ; malheureusement les tentatives d’actualiser cette contribution sont restées bien rares.

Tel est bien l’objectif poursuivi par cet essai qui, tout en relevant sans complaisance les nombreuses conceptions dépassées de L’Origine de la famille…, suggère que la méthode matérialiste et critique proposée par Marx et Engels pourrait bien rester la meilleure clé pour pénétrer le lointain passé des sociétés humaines et mettre à jour la racine de l’inégalité des sexes.

—–

464 pages / 14 x 21 cm

0 out of 5

20,00

Description

Christophe Darmangeat est maître de conférences, habilité à diriger des recherches, à l’Université de Paris. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages qui s’efforcent d’actualiser les analyses marxistes sur les sociétés pré-étatiques, en particulier sur les sociétés de chasseurs-cueilleurs.
Son blog : La Hutte des classes

Informations complémentaires

ISBN :

978-2-9528276-4-5

Parution :

16/03/2012

Format :

14 x 21 cm

Pages :

464