Notes sur l’histoire

La propagation au monde entier des techniques, des sciences, des institutions politiques et économiques, du nationalisme et des méthodes de guerre nés à l’Ouest s’était révélée n’équivaloir en rien à une transformation de l’univers en une gigantesque colonie occidentale. N’avait-elle pas eu pour effet de créer des armes nouvelles que les peuples de Chine, du Japon, des Indes et le monde arabe d’Asie orientale et d’Égypte, pourraient un jour retourner contre l’agresseur occidental ? D’où la nécessité, pour les puissances occidentales, de mettre au point des armes plus efficaces, et, pour les historiens occidentaux, d’élaborer les concepts nouveaux qu’exigeait un monde où il devenait possible d’employer pareilles armes. (The World Historians)

Dès lors qu’à propos de chaque façon théorique et pratique de traiter des faits sociaux il sera tenu pleinement compte, entre autres choses, des aspects spécifiques que présente leur conditionnement temporel, une science (ou philosophie) indépendante de l’histoire per se sera jugée aussi superflue qu’une science globale de la « nature » per se l’est depuis longtemps. De même que la physique actuelle se rattache de plus en plus à ses applications pratiques dans la technique et l’industrie, de même l’histoire théorique finira par se confondre avec ses applications pratiques aux tâches concrètes qu’auront à résoudre les individus associés dans le cadre d’une forme de société donnée. (Notes on History)

Ces deux articles du philosophe et révolutionnaire allemand Karl Korsch (1886-1961) témoignent de la pertinence de sa réflexion sur ce que nous appellerions aujourd’hui l’« Histoire globale ». Appliquant son principe de spécification historique à l’histoire elle-même, Korsch analyse en matérialiste l’évolution qu’il constate dans les « sciences historiques ». Cet essai présente le basculement théorique d’une Histoire à visée universelle vers de nouvelles formes (institutionnalisées dans leurs versions démocratiques aussi bien que totalitaires) qui ne parviennent pas pour autant à rendre pleinement compte d’un processus historique qui, pour être « global », n’en reste pas moins « partie intégrante d’une structure de société donnée ».

—–

Textes traduits de l’anglais par Claude Orsoni

Avant-propos de Charles Reeve

Suivi de : Karl Korsch (1886-1961), un cheminement politique par Serge Bricianer

14 x 21 cm / 120 pages

0 out of 5

10,00

Description

Karl Korsch (1886-1961).

 

 

 

 

 

 

Paris, 1945. De gauche à droite : Marc Chirik (1907-1990), Serge Bricianer (1923-1997), Robert Salama dit Mousso (1919-1979), Louis Évrard (1926-1994).

Détails

ISBN :

978-2-9528276-2-1

Parution :

31/10/2011

Format :

14 x 21 cm

Pages :

120

Table des matières

Présentation de l’éditeur

Avant-propos : le troisième homme (Charles Reeve)

The World Historians (Karl Korsch)

  • Sections 1 à 7

Notes sur l’histoire (Karl Korsch)

  • L’ancien et le nouvel impérialisme
  • Les aspects révolutionnaires et contre-révolutionnaires du totalitarisme
  • La philosophie de l’histoire du nazisme
  • L’âge du pan-historisme
  • Vers une fonction nouvelle de la connaissance historique

Karl Korsch, un cheminement politique (Serge Bricianer)

Bibliographie de Karl Korsch

Index